Lettre de conjoncture – 4e trimestre 2018

4 janvier 2019

Alors que 2018 avait tout pour plaire (croissance mondiale au plus haut depuis 10 ans, absence d’inflation, augmentation généralisée des profits des entreprises), le bilan boursier est pourtant très décevant.

 

Trois invités surprises sont apparus et ont gâché la fête : la guerre commerciale qui s’est intensifiée, la hausse des taux d’intérêt aux États-Unis et l’instabilité politique au sein de nombreux pays et en Europe, en particulier.

 

Dans ce contexte, l’économie mondiale devrait entamer en 2019 la fin d’un des plus longs cycles de croissance de l’histoire moderne. La qualité de l’atterrissage dépendra à la fois des actions des banques centrales mais aussi de la capacité des grandes puissances, États-Unis et Chine en tête, à s’entendre dans le conflit commercial qui les oppose. Ces éléments constitueront deux catalyseurs clés de l’année sur les marchés financiers.

 

Au-delà, le monde fait face à d’immenses défis : la tentation du repli sur soi et du populisme, la lutte contre l’urgence climatique, la révolution digitale qui bouleverse les modèles établis, la problématique des flux migratoires… Nul doute que ces thématiques animeront l’an prochain encore l’économie et les marchés financiers.

 

Dans cette lettre de conjoncture, nos experts vous livrent leurs perspectives pour les marchés en 2019. Plus que jamais, il conviendra d’aborder l’investissement avec une grande flexibilité et réactivité dans l’allocation d’actifs. En effet, les primes de risque et la volatilité pourraient augmenter dans le sillage des épisodes récents.

 

Consulter la lettre de conjoncture

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Des cookies tiers sont déposés à des fins d'analyse statistique. Pour configurer les cookies, nous vous invitons à cliquer sur "Paramétrer les cookies". Vous pouvez accepter tous les cookies en cliquant sur "Tout accepter et continuer".

En savoir plus