Wall Street évolue sans vraie tendance

31 mars 2017

Paru sur Boursorama.com

 

subway-1031302_960_720

Wall Street hésitait vendredi à la mi-séance, sans trouver de direction dans une actualité marquée par une série d’indicateurs ainsi qu’un regain d’attention sur la présidence Trump: le Dow Jones perdait 0,11% et le Nasdaq prenait 0,13%.

 

Vers 16H00 GMT, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average cédait 22,94 points à 20.705,55 points et le Nasdaq, à dominante technologique, gagnait 7,41 points à 5.921,75 points. L’indice élargi S&P 500 avançait de 0,67 point, soit 0,03%, à 2.368,73 points.

 

“C’est (…) la fin d’un trimestre, et le trimestre a été bon”, a mis en avant Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services. “Cela amène les gérants à ajuster les portefeuilles. Tous les mouvements que l’on a aujourd’hui il faut les considérer comme des mouvements techniques et pas comme (…) indicatifs d’une tendance quelconque.”

 

L’actualité était pourtant chargée, que ce soit sur le plan politique ou celui des statistiques économiques.

 

“Les inquiétudes s’attisent sur le commerce à la suite de propos (…) du président Donald Trump, tandis que les marchés mondiaux digèrent une pléthore d’indicateurs mitigés”, ont résumé dans une note les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

 

En ce qui concerne la politique américaine, M. Trump a continué vendredi son offensive pour transformer les règles du commerce mondial en demandant à son administration de désigner les pays responsables du déficit des Etats-Unis, ciblant notamment la Chine mais aussi plusieurs pays européens.

 

Quant aux chiffres du jour, les marchés mondiaux étaient surtout marqués par un ralentissement très marqué de l’inflation en mars dans la zone euro, à 1,5% sur un an, ce chiffre étant susceptible d’encourager la Banque centrale européenne (BCE) à poursuivre sa politique accommodante.

 

Aux Etats-Unis, le département du Commerce a, en revanche, fait état d’une inflation au niveau souhaité par la Réserve fédérale (Fed), à un peu plus de 2% sur un an en février.

 

Les investisseurs ont aussi assimilé un ralentissement des dépenses des ménages là encore le mois dernier, les revenus ayant eux poursuivi leur hausse.

 

“La consommation a été affectée par la météo et on peut s’attendre à un franc rebond en mars ou au deuxième trimestre”, a nuancé dans une note Ian Shepherdson, de Pantheon Macro.

 

Toutefois, les investisseurs ont aussi pris connaissance d’un indice sur le moral des ménages un peu plus faible que prévu ce mois-ci, établi par l’université du Michigan.

 

“Malgré une petite révision en baisse du principal chiffre, l’indice de mars (…) va toujours dans l’idée d’un moral solide des ménages”, ont relativisé les experts de Barclays.

 

Enfin, Wall Street a appris que l’activité économique de la région de Chicago avait poursuivi sa progression en mars.

 

– La chimie agitée –

 

Parmi les valeurs, le groupe informatique canadien BlackBerry, qui tente de se relancer en abandonnant la fabrication de smartphones pour se concentrer sur les logiciels, prenait 12,81% à 7,84 dollars au Nasdaq après avoir annoncé une réduction marquée de sa perte nette au dernier trimestre.

 

Le chimiste DuPont reculait de 1,00% à 80,82 dollars après avoir annoncé la cession de sa division pesticides à FMC, qui bondissait de 12,81% à 7,84 dollars, ainsi que l’acquisition de la division santé du même groupe.

 

L’opération vise à faciliter la fusion entre DuPont et Dow Chemical, qui cédait 0,56% à 63,82 dollars. L’administration Trump a par ailleurs rejeté une pétition qui cherchait à faire interdire un pesticide controversé produit par ce dernier et largement utilisé dans l’agriculture.

 

Le groupe TRC Companies, spécialiste des services d’aide à la construction et l’ingénierie, s’envolait de 45,82% à 17,43 dollars après avoir fait part de son rachat par le fonds non coté New Mountain Capital.

 

Le marché obligataire hésitait, le rendement des bons du Trésor à 10 ans s’affichant à 2,412%, contre 2,421% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,037%, contre 3,036% précédemment.